Présentation et Historique

Le CH L. Ollier est un établissement public de santé et de proximité.
Il a ouvert ses portes le 16 septembre 2013, et a été labellisé «  Bâtiment Durable Méditerranéen » niveau Or, pour sa conception, sa réalisation et son fonctionnement.
Son architecture horizontale sur deux niveaux, est moderne et innovante.
Le bâtiment est traité en pavillons pour retrouver l’esprit de hameau.

Le service médecine est composé de 15 chambres individuelles autour d’un patio aménagé en salon de jardin.

L’EHPAD est composé de 5 unités d’hébergement de 24 chambres individuelles, et de 2 unités de 12 et 13 chambres pour l’unité protégée gériatrique. Au centre de chaque unité, se trouve la salle à manger, et des patios qui permettent de faire rentrer la lumière naturelle.

Des terrasses couvertes et non couvertes favorisent les relations intérieur/extérieur en prolongeant les lieux de vie.
Les toitures de ces espaces de vie sont en partie végétalisées.
Un parc d'une superficie d'un hectare, arboré dans lequel des bancs ont été installés, permet aux résidents et aux familles de profiter de l'extérieur dans un cadre bucolique.

Pour consulter le Projet d'établissement

cliquer ici : Projet_detablissement.pdf

Coopérations :

L’établissement est membre du Groupement de Coopération Sanitaire: « GCS HELPAM ».

Il regroupe 9 établissements du sud Ardèche.
Le GCS employeur a pour but de partager des compétences professionnelles, ainsi, l’établissement bénéficie des collaborateurs suivants :

  • Un contrôleur de gestion.
  • Un responsable achats.
  • Un responsable du système d’information.
  • Un ingénieur qualité et gestion des risques.

Depuis le 1er juillet 2016, l’établissement fait partie du groupement hospitalier de territoire (GHT) sud Drôme-Ardèche, dont l’établissement support est le groupement hospitalier "des Portes de Provence" à Montélimar.
Le  GHT se donne comme objectif d’organiser entre les établissements, des parcours de soins gradués, sécurisés et lisibles pour les populations des bassins de santé, afin de :

  • maintenir une offre de santé de proximité
  • anticiper les contraintes de démographies médicales hospitalières et libérales déclinés dans un cadre de coopération commun renouvelé permettant de :
  • renforcer l'offre publique de soins sur le territoire en termes de qualité et d’efficience,
  • organiser la complémentarité et la continuité de cette offre
  • développer des rapprochements et favoriser les liens pour certaines activités pour en garantir l’excellence et la sécurité.